International › APA

Uemoa : le taux de l’épargne estimé à 20% du PIB

L’Autorité des marchés financiers en Afrique de l’Ouest de l’Union monétaire ouest-africaine (Amf-Uemoa), veut assurer une éducation financière des populations et leur permettre d’avoir une culture boursière.Le président de l’Autorité des marchés financiers en Afrique de l’Ouest de l’Union monétaire ouest-africaine (Amf-Uemoa), Badanam Patoki, a animé ce mercredi 18 janvier 2023 une conférence de presse à Abidjan, au cours de laquelle il a fait un bref bilan sur la mobilisation de fonds au sein de l’espace Uemoa ces trois dernières années.

Cette conférence de presse qui a regroupé des médias locaux et internationaux, a eu lieu en prélude à la célébration des 25 ans de l’Amf-Uemoa, un évènement qui devrait être marqué par un colloque et un Dîner Gala ce 19 janvier 2023 sur les bords de la lagune Ebrié.

Le président Badanam Patoki, est revenu dans son exposé sur les activités de l’Autorité de régulation des marchés financiers, auparavant Crempf (Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers). Et ce, aux fins de montrer l’enjeu de la mission de l’institution financière. 

Selon le président de l’Amf-Uemoa, de 2020 à 2022, les flux financiers mobilisés dans l’espace Uemoa s’élèvent à environ 8.000 milliards de Fcfa, soit 2.018 milliards de Fcfa pour l’année 2020, 1.950 milliards pour l’an 2021 et 3.727 milliards de Fcfa en 2022.

Concernant la croissance du taux de l’épargne dans la contribution du Produit intérieur brut (PIB), M. Badanam Patoki a déclaré : « nous avons pu noter que le taux d’épargne qui était en 1998 de 14,4% du PIB, est estimé aujourd’hui à 20% du PIB ».  

Pour lui, ces avancées s’accompagnent de défis importants, entre autres, « assurer une éducation financière des populations et leur permettre d’avoir une culture boursière ». Il défendra que c’est lorsque les populations ont de l’épargne qu’elles peuvent l’utiliser pour investir sur le marché.

Il a, par ailleurs, évoqué la problématique de l’adressage des coûts des transactions, estimant qu’« il faut qu’on travaille à les réduire. Parce qu’aujourd’hui, les acteurs veulent opérer des actions sur le marché, mais la dette doit être à un coût raisonnable ».

Un autre enjeu majeur, fera-t-il observer, est de travailler à ce que tous les acteurs comprennent la nécessité d’appliquer les textes, avant d’ajouter que « notre rôle n’est pas de sanctionner, mais plutôt d’accompagner, de rédiger la réglementation et de veiller à son application ».  

Le président de l’Amf-Uemoa a expliqué que « lorsque l’application n’est pas faite, nous avons cet attribut de sanctionner. Pour justement éduquer ceux qui ne le sont pas à la nécessité de respecter les règles du marché ».  

M. Badanam Patoki a annoncé qu’au cours du colloque qui se tiendra ce 19 janvier 2023 dans la capitale économique ivoirienne, il sera officiellement dévoilé la toute nouvelle dénomination de l’Autorité qui a été choisie pour donner plus de visibilité à l’organe relativement à ses missions.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut