International › APA

Tchad : pluie d’hommages à Idriss Déby

De Dakar à Yaoundé en passant par Abidjan, les chefs d’Etat africains ont unanimement salué la mémoire du défunt président tchadien.La mort brutale d’Idriss Déby Itno a été ressentie un peu partout en Afrique. Le « Maréchal du Tchad », comme l’appellent ses compatriotes depuis que l’Assemblée nationale de son pays lui a décerné un tel titre en août dernier, avait gagné, aux yeux de l’opinion publique et de ses pairs, un statut de rempart du bassin du Lac Tchad et du Sahel contre les jihadistes.

Depuis 2013, plusieurs unités de l’armée tchadienne ont été déployées au Niger, au Nigeria et au Cameroun pour lutter contre les islamistes de Boko Haram et au Mali pour aider les forces françaises de l’opération Barkhane qui y combattent plusieurs groupes jihadistes.

Sur les réseaux sociaux, la classe dirigeante africaine a rendu un vibrant hommage au tout-puissant président du Tchad durant 30 ans. Pour son compatriote Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, Idriss Déby était « un grand homme d’Etat et un chef militaire reconnu ».

Président du Cameroun, frontalier du Tchad, Paul Biya a soutenu que c’est « une immense perte pour le Tchad, l’Afrique centrale et notre continent qu’il aura servi sans relâche ».

A lire aussi : Tchad: quels défis après la mort de Deby (décryptage)

Muhammadu Buhari, président du Nigeria, également voisin du Tchad, s’est dit « profondément choqué et dévasté par (cette) mort soudaine ». A en croire le successeur de Goodluck Jonathan, l’ancien homme fort de N’Djamena « a joué un rôle très actif dans leur coalition militaire régionale pour combattre les terroristes de Boko Haram ».

En 2017, les soldats tchadiens ont été d’un précieux secours au Nigeria, au Cameroun et au Niger confrontés à des attaques répétées des islamistes. Buhari a souligné que « la mort de Déby va certainement créer un grand vide ».

A la tête du Niger, Mohamed Bazoum a appris « avec une grande émotion » la disparition du président en exercice du G5 Sahel dont font partie leurs deux pays en compagnie du Mali, du Burkina et de la Mauritanie. Son prédécesseur Mouhamadou Issoufou a aussi affirmé qu’il garde le souvenir « d’un grand homme d’Etat et d’un éminent stratège ».

Roch Marc Christian Kaboré, chef de l’Etat burkinabè, a quant à lui regretté le décès « d’un frère, d’un grand panafricaniste, engagé avec conviction et détermination dans la lutte contre le terrorisme ».

Pour sa part, Bah N’Daw, président de la transition au Mali, a estimé que la mort d’Idriss Déby « est une lourde perte, non seulement pour le Tchad pour lequel il est allé jusqu’au sacrifice suprême, mais aussi pour la région sahélienne et l’Afrique ».

A lire aussi : Mort de Déby : la France perd un allié majeur en Afrique

Signe de la compassion de l’Etat malien, un deuil de trois jours, à compter de ce mercredi, a été décrété sur toute l’étendue du territoire national.

De l’avis du chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, « l’engagement (du défunt) pour la paix au Tchad et la stabilité du Sahel fut constant ». C’est pourquoi son homologue sénégalais, Macky Sall, a rendu « un hommage appuyé à (Déby) pour sa contribution à la stabilisation » de la zone sahélienne.

Enfin, Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, a manifesté sa « consternation » suite au « décès tragique de (son) ami et frère ».

Idriss Déby Itno (68 ans) serait mort les armes à la main en affrontant les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact) venus de la Libye et dont l’objectif déclaré est de renverser son régime. 

L’annonce du décès du président tchadien est intervenue mardi 20 avril, quelques heures seulement après que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a déclaré sa victoire dès le premier tour de l’élection présidentielle du 11 avril dernier avec 79,32 % des suffrages valablement exprimés.

Désormais, c’est son fils, Mahamat Idriss Déby (37 ans), qui a pris les rênes du pays suite à la mise sur pied d’un Conseil militaire de transition (CMT). Celui-ci est censé conduire le Tchad vers des élections générales dans 18 mois.


Commentaire

L’Info en continu
  • Benin
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut