International › APA

Social, économie et enseignement au menu des quotidiens marocains

Les mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS, la rentrée économique, la problématique des valeurs et la rentrée scolaire sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce jeudi.+Le Matin+ Le Conseil du gouvernement, réuni mercredi à Rabat sous la présidence du chef du gouvernement Saad Dine El Otmani, a approuvé un projet de décret-loi portant promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), et de leurs employés déclarés assurés auprès de la caisse, touchés par les répercussions de l’épidémie du Covid-19.

Ce projet de décret-loi a été élaboré dans le cadre de la poursuite des efforts du gouvernement pour l’accompagnement de certains secteurs ou entreprises affectés par les conséquences de la pandémie du nouveau coronavirus et la préservation des emplois, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Ce projet vise à verser des indemnités, pendant une période précisée par un texte règlementaire, au profit des salariés et stagiaires en formation à l’insertion, déclarés en février 2020 auprès de la CNSS par les employeurs qui exercent leurs activités dans l’un des secteurs ou sous-secteurs spécifiés par un texte réglementaire et qui se trouvent dans une situation difficile en raison de l’impact de la pandémie sur leurs activités.

Commentant le point de presse de la CGEM marquant la rentrée des affaires, +Aujourd’hui le Maroc+ souligne qu’une bataille décisive attend les patrons à moyen terme.

Elle consistera à amorcer la transformation inévitable, voire vitale, du tissu économique à tous les niveaux, explique la publication, insistant d’abord sur une transformation au niveau de sa conformité sociale car durant la pandémie, l’informel a constitué la plus grande fragilité de l’économie.

« L’Etat a tenté depuis des années de combattre ce fléau. Mais rien ne se fera si le secteur privé lui-même ne s’y engage pas sérieusement », soutient le journal.

La transformation du tissu d’entreprises devra également se faire au niveau de sa production, ajoute-t-il, faisant observer que dans quelques mois, l’économie mondiale repartira avec une nouvelle configuration géographique et une demande différente sur des produits nouveaux sur lesquelles l’entreprise marocaine doit pouvoir se positionner.

Malheureusement, les responsables ont tendance à cultiver la production d’une agnotologie déconcertante parmi les couches sociales, au lieu d’en faire des sources de création et de performance, déplore, de son côté, +Al Bayane.

La relégation du système éducatif, l’abandon du rayonnement culturel et l’asphyxie de rayon de communication en sont l’illustration de cette déficience dont les effets tirent le pays vers le bas, en dépit de son potentiel, naturel humain et économique, explique l’éditorialiste. La perte de vertu et la transgression des lois dont fait preuve le citoyen révèlent ce déficit de la société, ajoute l’auteur, évoquant un cas récent de la « grossièreté », selon laquelle des foules resquillent à travers des barrières dressées par les autorités locales au quartier Takaddoum à Rabat afin de fuir l’Etat d’urgence.

+Al Alam+ relève que la décision du report de la rentrée scolaire dans certaines régions dans le but d’endiguer la propagation du coronavirus, a suscité la confusion auprès d’une grande partie de la population, dont notamment les parents d’élèves et les enseignants.

En effet, les parents d’élèves avaient pris toutes les dispositions pour inscrire leurs enfants dans les différentes écoles bien que la situation épidémiologique soit encore floue sur le plan national. Dans ce sens, plusieurs acteurs de la société ainsi que des cadres éducatifs et administratifs ont fait part de leurs critiques quant à la politique du gouvernement, et notamment le ministère de l’Education nationale, qui a refusé de reporter la rentrée scolaire comme le demandaient les Marocains, tant que la situation épidémiologique dans certaines régions reste incontrôlable, regrette la publication.


Commentaire

Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut