International › APA

Sénégal : la réouverture des écoles, un saut dans l’inconnu

Le report à une date ultérieure de la reprise des cours pour les classes d’examen, à cause du nouveau coronavirus, obscurcit le plan du gouvernement visant à sauver l’année scolaire.Très tard dans la nuit du lundi au mardi, le ministère de l’Education nationale a publié un communiqué pour annoncer le renvoi du redémarrage des enseignements.

Cette décision du chef de l’Etat Macky Sall est motivée par la détection de cas de Covid-19 parmi le personnel enseignant en poste à Ziguinchor (sud). Suspendus depuis le 16 mars dernier, les cours devaient reprendre ce 2 juin pour les élèves de CM2 (primaire), Troisième (collège) et Terminale (lycée).

En amont, le ministère de l’Education nationale a organisé le transport de nombreux enseignants de Dakar vers l’intérieur du pays. Pour que ce retour en classe soit effectif sur toute l’étendue du territoire national, la société publique de transport Dakar Dem Dikk a convoyé les enseignants du mardi 26 au vendredi 29 mai.

A l’image de M. Sall, prof de Mathématiques dans un lycée de Keur Samba Kane (centre), ce sont plus de 19.000 instituteurs et professeurs qui ont regagné leurs lieux de service. Mais dès son arrivée dans cette commune, il est traversé par de forts doutes sur son état de santé.

« J’ai un rhume et des maux de tête. Je suis stressé. Je me suis mis en quarantaine même si je suis obligé de sortir parfois. J’essaie de ne pas être trop en contact avec les gens. Imagine qu’on dise que c’est l’enseignant qui a amené le coronavirus dans le village, tu es foutu ! C’est compliqué », a-t-il expliqué.

La capitale Dakar, d’où est parti ce professeur, est l’épicentre de l’épidémie au Sénégal. Mais l’affluence au terminus Liberté 5, point de départ des enseignants, a rendu difficile le respect strict des gestes barrières.

Habitant à Keur Massar (banlieue dakaroise), M. Sall a mis deux heures sur la route avant de rallier ce lieu de convergence où la distanciation physique peinait à être respectée. Ce passionné des chiffres réussira à monter dans le bus à l’heure indiquée après avoir présenté son laisser-passer et sa pièce d’identité.

Avant son embarquement, cet enseignant a dit n’avoir été soumis à aucun test. Par contre, pour certains de ses collègues qui n’étaient pas munis de leur laisser-passer ou qui n’avaient pas reçu de SMS de confirmation du ministère de l’Education, ce fut une épreuve particulièrement éprouvante.

Apprendre avec le virus

Lors du voyage de M. Sall, le conducteur du bus, suivant des directives, n’a levé le pied sur l’accélérateur qu’à Bambey (centre) : sa destination finale. Ainsi, pour se rendre dans le village où il enseigne, il a loué avec d’autres personnes une voiture qui a emprunté des sentiers sinueux.

De fait, l’interdiction de circulation entre les quatorze régions du pays, prise dans le cadre de l’état d’urgence, n’est pas encore levée en vue de limiter la propagation du virus. De son côté, Baye Aly Guèye n’a pas eu les mêmes tracas. Même s’il dispense des cours dans un lycée de Pire, sa commune d’origine, M. Guèye a souhaité que cette restriction soit levée pour permettre à ses collègues « de voyager en toute quiétude ».

Malgré les importants moyens déployés, Dakar Dem Dikk n’a pu acheminer à temps tous les enseignants. « J’attire l’attention des autorités à propos des enseignants qui ne sont pas encore ramenés. On doit les aider en augmentant les voitures. Si on tient compte uniquement de la desserte par département, ça pose problème. Certains enseignants sont en fonction au fin fond de certaines localités », a souligné M. Sall.

« Psychologiquement prêt », Sakhir Fall, inspecteur de l’éducation élémentaire à Sédhiou (sud), l’est. Mais ce dernier, bloqué à Louga (centre-nord) depuis l’instauration du troisième état d’urgence dans l’histoire du Sénégal, doit prendre son mal en patience.

Tout compte fait, ce report sine die est un coup de massue pour les élèves surtout ceux des classes d’examen. Inscrite en Terminale au complexe Pape Djibril Diouf de Sébikotane (périphérie de Dakar), Bineta Guèye est persuadée que « l’année blanche n’est pas la solution » puisque le premier semestre avait été bouclé au moment de l’arrêt forcé des cours. A en croire cette jeune fille, « perdre une année de scolarité, c’est perdre un an de salaire ».

En revanche, certains parents d’élèves n’ont pas le même souci. Pour ces derniers, la santé est au-dessus de toute autre considération. Selon leur président, Abdoulaye Fané, ils sont habités par « l’inquiétude et la peur » à cause du « caractère pernicieux de ce virus ».

Protocole sanitaire

Avec leur insouciance, les enfants « achètent ici de quoi croquer, jouent avec celui-là, touchent un objet par là-bas », s’inquiète le sociologue Ibrahima Diop. Père d’un élève en CM2 et d’une autre en Troisième, il a émis des réserves sur la décision de reprendre les cours.

Pourtant, le ministère de l’Education nationale a insisté sur la nécessité de l’application de son protocole sanitaire afin d’éviter que le coronavirus ne s’installe dans les salles de classe.

L’Union nationale des parents d’élèves et étudiants du Sénégal (Unapees), a précisé son président M. Fané, a été impliquée « dans la mise en œuvre du dispositif (qui devait aboutir) à la reprise des enseignements et apprentissages ce 2 juin ».

Et pour montrer qu’il tient avant tout à la préservation de la santé de tous les acteurs de l’éducation, le ministre de tutelle Mamadou Talla a ordonné aux chefs d’établissements de n’ouvrir leurs portes que si tous les éléments du protocole sanitaire sont réunis : thermoflash, masque, savon, gel hydroalcoolique…

« Nous ne prenons pas le risque d’exposer les élèves et les enseignants. Ce n’est même pas une question de syndicat mais de sécurité publique. Parce qu’il ne faut pas qu’on retrouve un cas à l’école qui pourrait contaminer tout le Sénégal », a-t-il assuré dans le quotidien L’Observateur.

Plus que jamais, le Sénégal va se lancer dans une course contre la montre pour mener l’année scolaire à terme.


Commentaire

Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut