International › APA

Santé, économie et social au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Les quotidiens marocains parus ce samedi se focalisent sur nombre de sujets notamment la campagne de vaccination, le secteur de l’apiculture, la production de batteries et de voitures électriques et l’informel dans le secteur du textile.+Le Matin+ cite une déclaration du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb qui a souligné que le Maroc ambitionne d’achever l’opération de vaccination dans 3 à 5 prochains mois, en vue d’atteindre l’immunité collective et assurer un retour à la vie normale.

Le ministre a expliqué que suivant la cadence avec laquelle se déroule l’opération de vaccination jusqu’à présent et conformément au plan tracé pour son déroulement, l’objectif à atteindre lors des 3 à 5 prochains mois est de vacciner environ 30 millions de citoyens marocains, soit 80 % de la population et de parvenir à une immunité collective, réduisant ainsi les effets négatifs induits par la propagation de la pandémie et assurer un retour à la vie normale.

+La Vie Eco+ s’intéresse au secteur de l’apiculture qui a enregistré une production en hausse continue.

Doté de ressources mellifères très diversifiées, le Maroc est considéré comme un paradis pour les abeilles, et ce malgré plusieurs contraintes telles que celles liées au milieu naturel, notamment les changements climatiques et les sécheresses successives des dernières décennies, relève la publication.

Grâce au Plan Maroc Vert, la filière apicole a connu une évolution importante du secteur moderne, dont le nombre de ruches modernes a enregistré un accroissement de +482 %, passant de 110.000 ruches en 2009 à 640.000 ruches en 2019/. La filière a enregistré également une progression importante du nombre des apiculteurs qui est passé de 22.045 en 2009 à 36.300 apiculteurs en 2019, précise le journal.

 La production est, pour sa part, passée de 4.717 tonnes en 2009 à 7.960 tonnes de miel en 2019, soit un accroissement de +69%. Aujourd’hui, plus de 36.000 apiculteurs tirent leur revenu en totalité ou en partie de cette activité.

+Challenge+ estime que le Royaume a des arguments de poids pour attirer une partie importante des usines de production de batteries et de voitures électriques. La première des particularités est que le Maroc est un des rares pays au monde à avoir un accord de libre-échange avec les pays producteurs des matières premières nécessaires à la production de ces matériaux, ainsi qu’avec les pays consommateurs des produits finis.

Ainsi, le Maroc peut se fournir auprès des pays membres de la ZLECAF en lithium, cobalt ou en bauxite et exporter les batteries finies auprès de l’Europe, le tout sans barrière douanière ou tarifaire, souligne-t-il.

 En plus d’être au centre de la chaîne du véhicule électrique, d’approvisionnement à fortiori dans les pays du fait de ces accords commerciaux, le Maroc est au centre géographique lui assurant ainsi un coût d’importation des matières premières et d’exportation très faible vers les marchés. D’ici 2026, on estime que la voiture électrique sera en moyenne moins chère que la voiture thermique, cela prélude une démocratisation du véhicule électrique !, prédit le journal.

+Telquel+ évoque l’impact de l’informel dans le secteur du textile. « Textile : l’informel, une bombe à retardement », titre l’hebdomadaire pour qui l’erreur serait de croire que le propriétaire de l’atelier de Tanger, où ont péri 28 textiliens, est le seul responsable de cette catastrophe.

Depuis des années, les textiliens tirent la sonnette d’alarme quant à la multiplication des ateliers clandestins dans plusieurs villes du Royaume. « On en compte des centaines à Casablanca, Tanger, Fès, Sidi Bennour, Guercif et ailleurs », déplore un acteur du marché du textile.

Si l’économie informelle est évaluée à plus de 30% du PIB, le textile est de loin le secteur le plus concerné. D’après les professionnels du secteur interrogés par le journal, si l’informel existe, c’est à cause de la concurrence et la contrebande. Avec un pouvoir d’achat très limité, le consommateur marocain achètera toujours des produits de contrebande ou fabriqués dans l’informel.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut