International › APA

Sahara : Des acteurs de la société civil dénoncent le recrutement forcé des enfants dans les rangs du polisario

Des acteurs de la société civile ont condamné avec la plus grande fermeté et exprimé leur préoccupation croissante quant aux violations commises à l’égard des enfants dans les camps de Tindouf et au recrutement forcé dans les rangs des milices du polisario.Lors d’un panel sur le thème « l’enrôlement des enfants sahraouis dans les camps de Tindouf: analyse et témoignages », organisé mercredi 16 mars 2022 par l’ONG  » Africa Culture International » dans le cadre des travaux de la 49ème session du Conseil des Droits de l’Homme, qui se tient à Genève, les participants ont appelé à la libération immédiate de tous les enfants enrôlés et à la responsabilisation de tout État ou organisation terroriste qui fournit au Polisario les armes.

Ils ont exhorté l’Etat algérien à assumer ses responsabilités internationales afin de mettre un terme à l’utilisation d’enfants dans des actions militaires et à leur enrôlement sur son propre territoire, invitant les organisations internationales gouvernementales et les ONG indépendantes à explorer les voies et mesures pour protéger les enfants contraints de porter les armes dans les camps de Tindouf et à diagnostiquer l’état psychologique de ces enfants afin de leur assurer une protection.

Ils ont également appelé la communauté internationale et tous les mécanismes de l’ONU et ceux établis en vertu de la Charte à dénoncer publiquement l’exploitation et l’enrôlement de ces enfants.

Dans son intervention, Mme Aïcha Duihi, présidente de l’Observatoire du Sahara pour la Paix, la Démocratie et les Droits de l’Homme (OSPDH), a rappelé que « le polisario ne cesse d’exploiter les écoles et les programmes scolaires dans les camps de Tindouf, dans le sud-ouest de l’Algérie, afin d’endoctriner les enfants avec les idéologies de l’organisation, les appels à la violence et à la haine, en faisant l’éloge de la guerre, ce qui est incompatible avec les exigences de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui stipule une éducation aux principes et valeurs de liberté, d’égalité et de tolérance de manière à consolider la personnalité de l’enfant ».

« Aujourd’hui, le polisario persiste à créer une atmosphère de tension au sein des camps, en jouant sur la corde sensible des émotions et en louant l’héroïsme militaire et encourageant le port d’armes chez les enfants lors de toutes les cérémonies et célébrations », a-t-elle fait remarquer.

Et de poursuivre : « Les enfants des camps de Tindouf se retrouvent impliqués dans des entraînements militaires et dans des actions de vandalisme et d’intimidation, mais également dans une guerre de propagande nourrie de violence et de haine ».

Dans le même sens, Mme Nour Bouhanana a réitéré les violations des Droits humanitaires, appelant à une mobilisation internationale pour lutter contre l’enrôlement des enfants sahraouis au sein des milices armées du Polisario.

Pour sa part, Moulay Lahcen Naji, président du CIDH a dénoncé les exactions commises par le Polisario et particulièrement la disparition forcée en citant des cas et en appelant à élucider le sort de Ahmed Khalil dit Carlos.

Dans un communiqué publié à l’issue de cette conférence, l’ONG Africa Culture International souligne que “l’exploitation des enfants dans les conflits armés et leur obligation à porter les armes, sont considérées par la communauté internationale comme la pire violation des DH, chose qui a été actée par toutes les législations internationales et par tous les instruments onusiens, y compris les usages et coutumes ancestraux”.

“De plus, l’organisation du Polisario n’hésite pas à recruter des enfants âgés de 12 à 13 ans comme soldats, et à les faire parader dans les défilés militaires. Chose qui nous a été rapportée, en tant qu’ONG travaillant dans la région, par un groupe de mères qui ont préféré garder l’anonymat de peur des représailles.

Les enfants se retrouvent ainsi privés de leur enfance pour rejoindre de sitôt les rangs des milices avec tout l’impact psychologique que ça engendre”, lit-on dans le communiqué.

Et d’ajouter: “De nombreux articles de presse et communiqués ont été publiés, étayés par des enregistrements vidéo et des photos – dont l’authenticité a été confirmée par les Nations unies et par le Parlement européen – montrant des enfants des camps de Tindouf vêtus d’uniformes militaires et participant à un défilé militaire pour les milices du Front Polisario sur le sol de l’Etat algérien. Pays hôte qui n’a cessé de renier ses obligations de protection relatives aux violations commises à l’égard des enfants sur son territoire ».

L’exploitation des enfants par le Polisario, en les forçant à porter les armes et en les soumettant à des sanctions en cas de refus de se présenter et de se conformer aux ordres militaires, est « contraire au droit humanitaire international et est considérée comme un crime contre l’humanité, en raison des dommages psychologiques et physiques infligés aux enfants et à leurs familles”, relève la même source.


Commentaire

Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut