International › APA

Retour de la Can en hiver : un coup de massue pour le foot africain

La Confédération africaine de football (Caf), avec la (re)programmation de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 en janvier-février, met à nu ses incohérences et risque d’affaiblir l’éclat de ses étoiles sur la scène européenne où se disputent les meilleures compétitions interclubs.« La Coupe d’Afrique des Nations se déroulera, du 9 janvier au 6 février 2021, au Cameroun ». La décision de l’instance faîtière du football africain est tombée hier mercredi. Et comme pressenti, la Caf a fait volte-face lors d’une réunion, tenue à Yaoundé (Cameroun), avec la Commission d’organisation de la Can 2021.

Pour justifier son rétropédalage, la structure dirigée par Ahmad Ahmad évoque des « conditions climatiques défavorables pendant la période initialement fixée ». En effet, dès sa prise du pouvoir aux dépens d’Issa Hayatou, le Malgache a acté l’organisation de la Can en été et porté à 24 le nombre d’équipes en phase finale.

Celle de 2019, accueillie par l’Egypte, a ainsi eu lieu du 21 juin au 19 juillet. Pour se donner bonne conscience, le gouvernement du foot continental a attribué, au pays hôte, la paternité de la demande de réexamen de la période de la compétition. Un argument bancal !

La Caf, en choisissant l’été, pour sa joute phare savait pertinemment que cette période de l’année coïncide avec la saison des pluies dans certains pays de l’Afrique. Pour nombre d’observateurs avertis, c’est plutôt la nouvelle formule de la Coupe du monde des clubs de la Fédération internationale de football association (Fifa) qui a contraint Ahmad Ahmad à se dédire. Jusque-là annuel, ce tournoi se jouera désormais tous les quatre ans et remplace la Coupe des confédérations.

Dorénavant, ce sont vingt-quatre équipes, dont huit européennes, qui s’affronteront dès juin 2021 en Chine. Un hasard ? Rien n’est moins sûr. Visiblement, Gianni Infantino, le président de la Fifa a pesé de tout son poids pour que la Can (en année impaire depuis 2013) n’entrave pas son projet à fort potentiel économique.

Ce changement de calendrier de la Can aura des répercussions indéniables sur les performances des joueurs africains évoluant notamment en Europe. Les génies actuels du continent, comme Sadio Mané (Sénégal), Mohamed Salah (Egypte), Pierre-Emerick Aubameyang (Gabon) ou encore Riyad Mahrez (Algérie), régulièrement nommés, ces dernières années, au classement du Ballon d’Or France Football, peuvent être distancés par leurs concurrents. Ces footballeurs, dont les sélections sont appelées à jouer les grands rôles à la Can, peuvent potentiellement rater presque un mois de compétition avec leurs clubs respectifs.

Une aubaine pour Cristiano Ronaldo (Portugal), Lionel Messi (Argentine), Kylian Mbappé (France)… qui pourraient prendre le large. A l’issue de la saison, leurs statistiques en période de Can vaudraient leur pesant d’or.

Voilà une mauvaise nouvelle pour l’Afrique qui recherche désespérément un successeur au Libérien George Weah, unique Africain ayant inscrit son nom au palmarès du Ballon d’Or mondial en 1995.



Commentaire

À LA UNE
Polls

How Is My Site?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut