International › APA

Présidentielle guinéenne : les candidats invités à s’abstenir d’attiser les divisions ethniques (ONU)

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, dans un communiqué parvenu ce jeudi à APA, appelle tous les candidats à l’élection présidentielle du 18 octobre à s’abstenir d’attiser les divisions ethniques à des fins politiques.« Les responsables politiques, en particulier les candidats à la prochaine élection présidentielle en Guinée, devraient s’abstenir d’invoquer des affiliations ethniques et d’utiliser un langage provocateur, lesquels pourraient conduire à de la violence, à de la discrimination et à d’autres violations des droits de l’homme », lit-on dans la note.  

A en croire la Haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, citée dans la note, les appels aux affiliations ethniques, en particulier aux ethnies Malinké et Peuhl, ont été de plus en plus répandus et ont créé des divisions pendant la campagne.

« Il y a déjà des signes sérieux d’une augmentation de l’intolérance et des affrontements, notamment parmi des groupes de jeunes, et des médias qui amplifient les messages de haine », fait-elle remarquer. 

Partant de là, sa collègue, Pramila Patten, citée également dans le document, a invité les responsables politiques à s’abstenir d’instrumentaliser l’ethnicité ou de procéder à toutes autres manipulations qui pourraient semer les graines de la division à des fins politiques. « De telles manœuvres sont extrêmement dangereuses et doivent être stoppées », affirme Mme Patten. 

Tout en rappelant au gouvernement sa responsabilité première de protéger toutes ses populations contre les actes de violence, indépendamment de leur appartenance ethnique ou politique, Pramila Patten a appelé toutes les parties concernées à s’engager au dialogue afin de garantir un processus électoral pacifique et transparent.

Les deux responsables onusiennes ont, par ailleurs, invité les acteurs politiques à éviter de recourir à toute forme de violences sexuelles qui restent encore, dans de nombreux contextes, un outil pour intimider et punir les opposants politiques, les membres de leur famille et les femmes qui défendent les droits de l’homme dans le contexte des crises politiques.

  


Commentaire

Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut