International › APA

Politique, santé et économie au menu des quotidiens marocains

La signature de la Charte de la majorité par les trois partis qui forment la coalition gouvernementale, la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) de base, la gestion de la situation épidémiologique et le déficit commercial sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus mardi.+Aujourd’hui Le Maroc+, qui revient sur la signature par le RNI, le PAM et le PI de la charte de la majorité, écrit que cette charte qui est une forme d’institutionnalisation de la déontologie en politique en plus d’être un cadre formel, voire quasiment contractuel engageant les trois partis de la coalition est également de nature « à tracer des limites très claires et baliser l’action des élus qui est censée être dans le prolongement de la coalition gouvernementale ».

Soulignant que les considérations d’ordre partisan passent dans ce cas au second plan au profit des intérêts du Maroc, le quotidien précise que ce sera aux parlementaires de donner tout son sens à la charte car ils présentent le passage obligé de la législation et aussi parce que le Parlement est la face la plus visible, la plus exposée de la majorité.

+L’Economiste+, qui évoque la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) de base aux professions libérales, écrit que les assurances sociales sont basées sur le principe de solidarité.

« Maintenant que c’est donné, tout le monde veut négocier. Car pour être couvert, il faut payer, cotiser », note-t-il, expliquant que les professions libérales seront supposées gagner un multiple du Smig. « Par exemple les médecins spécialistes seront supposés gagner 5,5 fois le Smig soit 15.554 DH/mois et cotiser 990/ mois », détaille-t-il.

Par ailleurs, il souligne que les commerçants, artisans… attendent de la généralisation de l’AMO aux professions libérales, qui n’a que trop tardé, un soutien du système de santé du pays, surtout des Marocains les plus fragiles. Et ils espèrent aussi, avec la répartition des risques sur de grands nombres, de meilleures prestations pour tous.

Abordant les efforts déployés pour lutter contre la pandémie de coronavirus, +Bayane Al Yaoum+ souligne que malgré « la stabilité que connaît actuellement la situation épidémiologique au Maroc, l’avenir reste incertain, eu égard notamment à la situation sanitaire instable dans nombre de pays dans le monde, relevant qu’aujourd’hui le Maroc n’est pas à l’abri d’une rechute épidémiologique, ce qui nécessite de poursuivre la vigilance, de maintenir les mesures préventives et de prendre en considération que le danger persiste.

Pour freiner la Covid-19, le monde entier n’a aujourd’hui de solutions que la vaccination et la prévention, estime la publication.

Après avoir souligné, à cet égard, que le gouvernement doit améliorer sa performance, en termes d’écoute de la société et de dialogue franc avec l’opinion publique nationale, il a insisté sur la nécessité de faire confiance à la science et de penser d’abord à la sécurité des citoyens et la préservation de la santé publique et de fermer la porte à la superstition, à la frustration et au désespoir.

+L’Opinion+ rapporte que le Maroc aspire à renforcer la coopération internationale pour multiplier les investissements dans le domaine des énergies renouvelables.

Selon la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, 50 projets d’énergies renouvelables sont déjà en service et plus de 60 projets de différentes tailles sont en cours de développement ou de réalisation en partenariat avec des collaborateurs étrangers. Le Royaume, qui s’est fixé une vision ambitieuse d’ici 2030, vise à renforcer la coopération régionale et internationale afin d’atteindre les objectifs de développement durable, a souligné la ministre, dans un message vidéo adressé aux participants à ce panel, insistant sur la nécessité de renforcer l’infrastructure pour réussir la transition énergétique escomptée.

+Al Massae+ relève que le déficit commercial du Maroc s’est établi à 164,17 milliards de dirhams (1 euro = 10,4DH) durant les dix premiers mois de cette année, en hausse de 26,6% par rapport à fin octobre 2020, selon l’Office des Changes.

Ce déficit résulte d’une augmentation des importations (+22,9% à 424,32 milliards DH) plus importante que celle des exportations (+20,7% à 260,15 milliards DH), explique l’Office des changes dans son récent bulletin sur les indicateurs mensuels des échanges extérieurs, ajoutant que le taux de couverture s’est situé à 61,3%.

Par rapport à fin octobre 2019, période avant la crise liée à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), les exportations ont progressé de 9,4% (22,1 milliards DH) et les importations ont affiché une hausse de 3,3%, indique la même source.

+Al Ittihad Al Ichtiraki+ fait savoir que le candidat marocain, Jamal Eddine El Aloua, a été élu président du Conseil exécutif de l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ICESCO), lundi au Caire, en marge de la 42e session du Conseil de cette organisation.

Le représentant du Royaume a obtenu 22 voix lors de l’opération du vote tenue pour la première fois dans l’histoire de l’ICESCO, devant le candidat de l’Etat de Palestine, Dawas Rashid Dawas, qui a obtenu 16 voix, et la candidate de la République islamique d’Iran, Timori Mitra, qui a obtenu une seule voix.

La liste finale des candidats à la présidence du Conseil exécutif de l’ICESCO comprenait trois candidats, après le retrait du représentant de la République irakienne, Alaa Abd Odah Jazea.


Commentaire

L’Info en continu
  • Benin
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut