International › APA

Politique, fiscal et économie au menu des quotidiens marocains

Le rôle de la diplomatie parallèle dans la défense du Sahara marocain, les enjeux de la Taxe Intérieure de Consommation sur les équipements informatiques, et la dématérialisation des services sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce lundi.+Aujourd’hui Le Maroc+, qui aborde le rôle de la diplomatie parallèle dans la défense de la première cause nationale, à savoir le Sahara marocain, souligne que face aux « tentatives éparpillées çà et là » menées par les adversaires pour « récupérer des voix », la diplomatie parallèle est appelée à jouer son « rôle de relais » avec d’autres milieux que ceux politiques et diplomatiques.

Le journal appelle ainsi les parlementaires marocains, qui sont également chefs d’entreprises, professionnels, professeurs, universitaires ou encore avocats, à « corriger les incompréhensions » autour de notre première cause nationale, notamment des sénateurs américains, lesquels sont des patrons d’universités et des chercheurs, et entretiennent aussi des relations professionnelles avec certains de leurs homologues marocains.

Il estime que les canaux diplomatiques parallèles peuvent parfois contribuer « plus efficacement » à « inverser des tendances et des opinions ».

+L’Opinion+, qui revient sur les enjeux de l’instauration de la Taxe Intérieure de Consommation sur les équipements informatiques, prévue par le projet de loi de finances pour 2022, écrit que cette mesure, qui serait affectée au chantier de généralisation de la protection sociale, « s’impose », étant donné que le manque à gagner sur le plan fiscal est estimé à des milliards de dirhams et que le Royaume a besoin de sécuriser des fonds devant être dédiés au recyclage de ces équipements.

Cet impôt qui varie entre 50 et 200 dirhams selon la nature du matériel à acquérir (téléphone portable, tablette, ordinateur ou télévision) donnerait également un « coup de boost » au chantier titanesque de la couverture sanitaire universelle, dont le coût annuel frôle les 51 milliards de dirhams, note le quotidien.

Il est vrai qu’à première vue cette mesure paraît mal venue, cependant, elle est partie intégrante d’un projet de loi qui se veut “équilibriste” et qui fait de la préservation du pouvoir d’achat une priorité, constate-t-il.

+L’Economiste+, qui revient sur la dématérialisation des services, devenue le dada des pays développés, écrit que le nouveau gouvernement semble lui accorder de la primauté, d’où l’intitulé du ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration.

Pour la publication, la nouvelle stratégie doit se baser sur une démarche participative pour accompagner les administrations à prendre conscience de deux éléments essentiels: l’externalisation de la digitalisation à des sociétés, selon des normes standardisées, et l’impératif de sensibiliser l’administration à la nécessité de dématérialiser des prestations, qui auront un impact sur les citoyens, au lieu de se limiter à se servir pour les besoins en interne.


Commentaire

Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut