International › APA

Nigeria : 25 millions de personnes menacées par la faim (Rapport)

Près de 25 millions de Nigérians risquent de souffrir de la faim pendant la période de soudure, entre juin et août 2023, si des mesures urgentes ne sont pas prises, a indiqué la dernière édition de Cadre Harmonisé, une analyse alimentaire et nutritionnelle menée par le gouvernement et soutenue par l’Organisation des Nations-Unies (ONU).Cette année risque d’être difficile pour moins de 10% de la population du Nigeria. Selon le Cadre harmonisé, un outil d’analyse sur la situation alimentaire et nutritionnelle, cette frange de la population de ce pays d’Afrique de l’Ouest est exposée à une insécurité alimentaire.

Les Nations unies ont appelé le gouvernement nigérian, la communauté des donateurs et les parties prenantes publiques et privées à engager de toute urgence des ressources et à mettre en œuvre des mesures d’atténuation afin de sauver des vies et d’éviter une situation potentiellement catastrophique en matière de sécurité alimentaire et de nutrition dans la nation la plus peuplée d’Afrique (250 millions).

La poursuite des conflits, le changement climatique, l’inflation et la hausse des prix des denrées alimentaires sont les principaux moteurs de cette tendance alarmante, indique l’analyse.

« L’accès à la nourriture a été affecté par la violence persistante dans les Etats du nord-est de Borno, Adamawa et Yobe (BAY) et par le banditisme armé et les enlèvements dans des Etats tels que Katsina, Sokoto, Kaduna, Benue et Niger (diffèrent de l’Etat du Niger) », ajoute-t-elle.

Selon l’Agence nationale de gestion des urgences, les inondations généralisées de la saison des pluies de 2022 ont endommagé plus de 676.000 hectares de terres agricoles, diminuant les récoltes et augmenté le risque d’insécurité alimentaire pour les familles dans le pays.

Ces inondations constituent l’un des effets du changement et de la variabilité climatiques sur le Nigeria, où sont attendus des phénomènes météorologiques plus extrêmes susceptibles d’être une réelle menace pour la sécurité alimentaire.

Sur les 17 millions de personnes qui sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire, trois millions se trouvent dans les États de la zone BAY du nord-est.

Sans action immédiate, ce chiffre pourrait passer à 4,4 millions pendant la période de soudure.

Ce chiffre inclut les populations déplacées et les rapatriés très vulnérables qui luttent déjà pour survivre à une crise humanitaire de grande ampleur dans laquelle 8,3 millions de personnes ont besoin d’aide.

« La sécurité alimentaire et la situation nutritionnelle à travers le Nigeria sont profondément préoccupantes », a déclaré M. Matthias Schmale, le coordinateur résident et humanitaire pour le Nigeria. « J’ai visité des centres de stabilisation nutritionnelle remplis d’enfants qui se battent pour rester en vie. Nous devons agir maintenant pour garantir qu’ils reçoivent, ainsi que d’autres, l’aide vitale dont ils ont besoin », a-t-il insisté.

En effet, les enfants sont les plus vulnérables face à l’insécurité alimentaire. Environ 6 des 17 millions de Nigérians en situation d’insécurité alimentaire aujourd’hui sont des enfants de moins de cinq ans vivant dans les Etats de Borno, Adamawa, Yobe, Sokoto, Katsina et Zamfara. Ces enfants présentent un risque réel de mortalité, attribué à la malnutrition aiguë.

Dans les seuls Etats de BAY, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë devrait passer de 1,74 million en 2022 à 2 millions en 2023.

Le Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (UNICEF, sigle anglais), en collaboration avec le gouvernement et des partenaires tels que Médecins sans frontières (MSF) et l’Alliance internationale pour l’action médicale (ALIMA, sigle anglais), investit dans l’intensification des interventions nutritionnelles préventives, tout en veillant à ce que les enfants vulnérables aient accès à des services nutritionnels vitaux.

En 2022, l’UNICEF et ses partenaires ont pu offrir à environ 650.000 enfants des services nutritionnels vitaux dans les six Etats susmentionnés.

La région du nord-ouest, autour des Etats de Katsina, Zamfara et Sokoto, est un point chaud croissant en matière d’insécurité alimentaire et de malnutrition.

On estime que 2,9 millions de personnes sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire critique (Cadre Harmonisé Phase 3 ou pire).

Si aucune mesure urgente n’est prise, ce chiffre devrait passer à 4,3 millions pendant la période de soudure, met en garde l’UNICEF.

Avec ses partenaires, l’Organisation Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO, sigle anglais) a aidé le gouvernement à rétablir les moyens de subsistance dans les régions du nord-est et du nord-ouest.

Il s’agit notamment de l’élevage, la production agricole, le micro-jardinage à domicile, le développement de la chaîne de valeur et l’aquaculture.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut