International › APA

Maroc : Une année après la détection du premier cas Covid-19

Par Hicham Alaoui — Au Maroc, le premier cas de contamination à la Covid-19 a été détecté le 2 mars 2020. Entre panique, inquiétude et pessimisme, les Marocains se trouvaient face à une pandémie galopante que le monde n’a jamais vécue. Une situation épidémiologique que les autorités publiques ont réussir à gérer avec habileté et fermeté.Il était une fois une vie sans Covid-19, jusqu’à cette soirée du lundi 2 mars 2020 où le premier cas a été détecté. Avant, et pendant de longues semaines, le Royaume était encore épargné par ce virus qui faisait son entrée dans plusieurs pays.

Jusqu’à ce jour-là, le plus pessimiste prédisait la disparition de cette pandémie dans les tout prochains mois qui suivent. Rien n’en était. La pandémie de la Covid-19 vit toujours avec nous et fait des victimes partout dans le monde.

Même si elles ne se doutaient pas au départ de l’ampleur de la crise à venir, les autorités marocaines se sont empressées de prendre toute une série de mesures fortes impliquant à la fois les professionnels de la santé, la société civile, le monde de l’entreprise et des finances, l’administration publique, les forces armées et de sécurité, le tout avec l’appui et l’implication personnels du Roi Mohammed VI.

Parmi les décisions prises par Rabat, les premières ont été la fermeture de l’espace aérien et maritime, la fermeture des mosquées et des lieux susceptibles d’accueillir des manifestations sportives, culturelles et artistiques, des cafés, restaurants, hammams, puis l’interdiction des transports interurbains des voyageurs, sans oublier la suspension des enseignements dans les écoles et universités et l’arrêt des audiences dans les cours et tribunaux du Royaume.

Le gouvernement a aussi décrété un état d’urgence sanitaire à partir du 20 mars, renforcé la capacité clinique de réanimation, mobilisé la médecine militaire aux côtés du personnel sanitaire civil. Dans ce cadre, des hôpitaux de campagne ont été installés dans plusieurs régions du pays. Des entreprises publiques et privées ont été mobilisées pour la fabrication de respirateurs artificiels d’une haute qualité et la confection de masques de protection, outils considérés comme essentiels dans la lutte contre l’épidémie.

Pour atténuer les conséquences sociales et économiques éventuelles de l’épidémie, le Souverain marocain a même ordonné la création d’un Fonds spécial pour la gestion du nouveau coronavirus.

Pour les foyers précaires et les travailleurs en arrêt d’activité forcé, une allocation financière a été décidée ainsi qu’un moratoire pour les paiements d’impôts et le remboursement des crédits bancaires au profit des TPME (Très Petites et Moyennes Entreprises) et des professions libérales en difficulté.

A cette panoplie de mesures sectorielles ou ciblées, le gouvernement marocain a ajouté une mobilisation massive de son écosystème industriel en réorientant les usines vers la production de masques de protection, de gels hydro-alcooliques et d’équipements médicaux.

Des mesures qui étaient nécessaires mais qui ont coûté à la population et au pays : récession économique, envolée du déficit budgétaire et de l’endettement public, hausse du chômage, aggravation de la précarité et de la vulnérabilité de millions de ménages …

Une partie des restrictions est toujours en vigueur, non sans impact sur l’économie et les citoyens. Et avec la propagation de nouveaux variants du virus dans le monde, le Maroc, qui compte déjà 24 cas confirmés du variant britannique, ferme progressivement son espace aérien et rien ne garantit qu’il ne durcira pas les mesures de prévention.

Un an après, plus de 484.000 cas confirmés et 8.645 décès ont été enregistrés. Ce ne sont là que les chiffres officiels, le Maroc n’ayant fait qu’un peu plus de 5 millions de tests.

Mais ce bilan est beaucoup moins catastrophique que celui de nombreux pays qui comptent des millions de cas d’infection et des centaines de milliers de décès.

Avec le lancement de la campagne nationale de vaccination anti-Covid, l’espoir renaît et les Marocains commencent à voir le bout de tunnel. Déjà 8 millions de doses sur les 66 millions commandées ont été reçues et 3,6 millions de personnes ont reçu leur première injection, ce qui place le Maroc parmi les pays les plus avancés en la matière.

Avec sa gestion exemplaire de la crise sanitaire liée à la pandémie, le Maroc espère un retour à la normale au début de l’été prochain.


Commentaire

L’Info en continu
  • Benin
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut