Société › Réligion

L’Islam selon Macky Sall

Quand le célèbre chroniqueur égyptien Souleymane Juda est impressionné par le livre du président Macky Sall, « Le Sénégal dans le cœur ». Bien que 95% de la population sénégalaise soient musulmans, le président Macky Sall n’aime pas qu’on qualifie le Sénégal de « pays musulman ».

Une telle qualification, estime le chef de l’état sénégalais, donnerait l’impression aux non musulmans de se trouver à l’extérieur du parapluie qu’est l’Etat, dont la vocation est de réunir tout le monde sous son ombre, sans exclusive.

Tel est le sens du livre, « Le Sénégal dans le cœur », écrit par le président Macky Sall et publié récemment à Casablanca, au Maroc, par le Centre culturel du livre, dans lequel tout un chapitre traite de « l’Islam éclairé » que connait ce pays, situé au sud de la Mauritanie, à l’extrémité de l’Afrique de l’ouest, sur les bords de l’océan Atlantique.

On raconte que le président sénégalais recevait plusieurs moutons de sacrifices, sous forme de cadeaux, venus des différentes régions du Sénégal, destinés à être distribué aux populations lors de la fête d’Al Adha, qu’on appelle au Sénégal la Grande fête, exactement comme on l’appelle en Egypte, où l’on appelle encore la fête d’El Fitr la petite fête.

Il était arrivé une fois, alors qu’il était ministre, qu’il avait distribué des moutons de sacrifice au personnel travaillant avec lui.

Il apprendra par la suite qu’une personne avait été exclue de cette distribution, et voulant en savoir les raisons, quelqu’un lui glissa à l’oreille que le nom que portait cette personne n’est pas un nom musulman.

Une révélation qui a fortement indisposé Macky Sall qui a répondu à la personne à l’origine de l’information que l’Aid El Kébir avait un sens familial et social, plus qu’un sens religieux.

Il est indécent, a encore dit Macky Sall, qu’une personne soit privée de quelque chose dans sa société à cause de son nom, c’est tout simplement inhumain.

Macky Sall, ayant obtenu deux moutons de sacrifice, a fait venir la personne qui a été exclue du partage et lui a demandé de choisir entre le mouton et sa valeur financière, celui-ci, étant célibataire, a choisi le prix du mouton.

Par ce geste d’extrême simplicité, Macky Sall a voulu révéler son choix, celui de s’adonner à la pratique d’un Islam éclairé plus que le fait d’en parler.

Il a rappelé le fait que le prophète Mohamed, paix et salut sur lui, avait été un intermédiaire équilibré dans tout, car après avoir fraternisé les migrants venus de la Mecque et Al Ansar (population locale de Médine), a initié « la charte de Médine » qui instituait ce qui ressemblait à un principe de la citoyenneté pour les populations de Médine, y compris les juifs même s’ils n’ont pas apprécié à sa juste valeur cette charte.

Mais c’est une autre histoire.


Commentaire

Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut