› Société

Les pauvres extrêmes de la zone sanitaire Djougou-Copargo-Ouaké désormais pris en charge par l’Etat

Le ministre de la santé, Dr Benjamin Hounkpatin et son homologue Véronique Tognifodé Mèwanou des affaires sociales et de la microfinance ont officiellement lancé ce jeudi à Djougou, la phase pilote du volet « assurance-maladie » du projet Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH), consacrant ainsi la prise en charge sanitaire des populations pauvres extrêmes de cette région du Bénin.

« A compter de ce jour, nos frères, nos sœurs, nos mamans, nos papas et mêmes leurs enfants qui vivent dans un état de dénuement prononcé, ceux que nous appelons  les pauvres extrêmes  seront totalement pris en charge par l’Etat pour leurs problèmes de santé. Désormais, dans tous les centres de santé et hôpitaux de la zone sanitaire, ils peuvent recevoir gratuitement les soins et les médicaments pour le paludisme et d’autres maladies retenues par l’assurance (…) Les enfants de moins de cinq (05) ans enrôlés seront intégralement en charge pour les infections respiratoires et les maladies diarrhéiques entres autres (…) Toutes les femmes enceintes bénéficiaires de l’assurance maladie de l’ARCH seront prises en charge du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement pour les maladies identifiées dans le panier de soins (…) Tout bénéficiaire muni  de sa carte biométrique, peut se rendre dans une formation sanitaire dès les  premiers signes pour recevoir les soins et ne pas attendre que la maladie s’aggrave avant d’y recourir », a laissé entendre  le ministre de la santé  au cours du lancement officiel de la phase pilote du volet ‘’assurance-maladie’’ du projet ARCH.

Les sacrifices consentis et le travail abattu pendant plusieurs années, a-t-il en outre expliqué, ont rendu possible la mise en place du régime d’assurance-maladie de l’ARCH dont la phase pilote démarrée par la zone sanitaire d’Abomey-Calavi-Sô-Ava, s’est étendue à la zone sanitaire Dassa-Zoumè-Glazoué depuis ce mercredi avant de devenir effectif depuis ce jeudi dans la zone sanitaire Djougou-Copargo-Ouaké (DCO). L’assurance maladie est ainsi devenue une réalité dans les trois zones retenues pour la phase pilote sur la base des critères objectifs dont, le taux élevé d’extrême. La zone sanitaire de Djougou-Copargo-Ouaké, à l’instar des deux zones, devient une zone phare du Bénin pour l’assurance-maladie universelle et ses résultats seront scrutés et capitalisés dans le cadre de l’extension très prochaine de l’intervention à tout le pays.

Le projet ARCH, a renchéri le ministre des affaires sociales n’est pas seulement un parapluie mais aussi et surtout un rouleau compresseur composé d’un paquet de quatre services synergiques que sont l’assurance-maladie, le crédit, la formation et l’assurance-retraite.

A l’occasion, des citoyens pauvres extrêmes ont reçu des autorités présentes leurs cartes biométriques. Abischaï Abraham Akpalla et Issaka Moussa Yaya respectivement maire et secrétaire général de la préfecture de Djougou ont remercié le président de la république et son gouvernement pour le choix porté sur la zone sanitaire Djougou-Copargo-Ouaké pour le projet ARCH. le maire de Djougou a aussi exhorté les ministres de la santé et des affaires sociales à renforcer les hôpitaux de zones de l’Ordre de Malte et le Centre hospitalier départemental de la Donga en personnel et en équipements.


Commentaire

L’Info en continu
  • Benin
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut