International › APA

Le Maroc produit près de 7 millions de déchets ménagers par an avec un taux faible de valorisation (expert)

Propos recueillis par Hicham Alaoui — Le Maroc produit près de 7 millions de tonnes de déchets ménagers par an et entre 1,5 et 2 millions de tonnes de déchets industriels, dont 350.000 tonnes de déchets industriels dangereux, a fait savoir le président de l’Association marocaine des experts en gestion des déchets et en environnement, Hassan Chouaouta.Dans un entretien accordé à APA, M. Chouaouta, également président du Centre de compétences dans le domaine du développement durable, le Maroc produit entre 6 et 7 millions de gravats et 300.000 tonnes de boue, relevant que malgré les efforts déployés par les différents partenaires, le taux d’enfouissement dans les décharges contrôlées est de 60%.

Pour lui, le problème réside dans le fait que presque la totalité des déchets est envoyée à l’enfouissement, notant que le taux de valorisation est « pratiquement faible », ce qui signifie que 93% des déchets urbains sont envoyés vers des décharges enfouies et donc « on perd un grand potentiel de valorisation des déchets ménagers ».

« Aujourd’hui, le taux de valorisation du plastique au Maroc est de 11% contrairement en Allemagne où il est entre 38% et 40% et en France de 24%. Et donc on est loin des objectifs fixés par l’Etat de 20% de valorisation à l’horizon de 2022-2023 », a-t-il fait observer.

Même constat pour les déchets industriels dont le taux de valorisation se situe entre 8 à 10%. Ainsi, sur les 350.000 tonnes de déchets industriels produits annuellement par le Royaume, « on peut valoriser 40% et on devrait enfouir de 10 à 15% dans des décharges contrôlées de classe 3, c’est-à-dire dédiées aux déchets dangereux. Des installations qui n’existent pas aujourd’hui au Maroc », a-t-il encore souligné.

Pour les déchets industriels non dangereux, un grand retard est accusé dans l’élaboration et l’adoption des plans régionaux des déchets industriels inertes et agricoles du fait que « les régions ne disposent pas de suffisamment de compétences et de ressources dans ce domaine ».

M. Chouaouta a, à cet égard, appelé à redoubler d’efforts pour inverser la tendance et valoriser le maximum de déchets.

Mais, comment peut-on valoriser les déchets ? Pour l’expert marocain, il est impératif d’élaborer des stratégies concrètes pour promouvoir les déchets avec une implication agissante des communes et des citoyens.

« Pour les déchets industriels, nous avons besoin de mettre en œuvre le principe de responsabilité élargie des opérateurs et exportateurs et d’opérationnaliser des filières. Il y a besoin aussi d’impliquer les citoyens, à travers des campagnes sensibilisation et de communication massives », a-t-il recommandé

Quant aux industriels, ils doivent mettre la main dans la poche pour prendre en charge leurs déchets de la production jusqu’à la valorisation et l’élimination. Aussi, l’Etat devra mettre en place les textes nécessaires et renforcer le contrôle des installations.

Pour les déchets médicaux, le Maroc produit entre 18.000 et 20.000 tonnes annuellement, a-t-il fait savoir, soulignant qu’avec la pandémie de la Covid-19 la situation est préoccupante concernant les déchets produits par les hôpitaux et les cliniques. Le ministère de la santé a fourni des efforts considérables en la matière mais ces déchets doivent être éliminer dans des installations autorisées, a-t-il précisé.

Actuellement, les personnes contaminées au Maroc produisent entre 4 et 5 tonnes par jour de déchets médicaux et donc ce sont des quantités énormes qui doivent être contrôlées avec une traçabilité pour s’assurer de leur élimination dans des installations autorisées, a-t-il insisté.

Selon lui, le problème se pose pour les cliniques avec les tests effectués quotidiennement. En effet, les laboratoires et cliniques doivent être conscients que ces déchets ne doivent pas être jetés dans des bacs à déchets ménagers, ce qui pourrait exposer leur récupérateur au risque de contamination.

« Il est impératif d’éliminer ces déchets dans les règles de l’art et les ministères de la santé et de l’environnement ont la pleine responsabilité de contrôler l’élimination de ces déchets », a-t-il lancé.


Commentaire

L’Info en continu
  • Benin
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut