International › APA

La reprise du dialogue politique ivoirien, un nouvel espoir pour la réconciliation

La cinquième phase du dialogue politique ivoirien, fortement saluée par toute la classe politique en Côte d’Ivoire, s’affiche comme un nouvel espoir pour la stabilité du pays et la réconciliation nationale.Sur instruction du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, le Premier ministre Patrick Achi, a rencontré le 16 décembre 2021 l’opposition dans le cadre de la reprise du dialogue politique, une réunion qui visait à poursuivre l’apaisement du jeu politique ivoirien.

Annoncée le 08 décembre par le chef du gouvernement, la rencontre a bien eu lieu. Plusieurs signaux semblaient d’ailleurs indiquer, depuis quelques semaines, que la situation était « mûre » pour une reprise du dialogue. 

En novembre, à l’occasion du 20e anniversaire de son parti, l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), l’opposant Albert Toikeusse Mabri avait déjà appelé à « un processus de dialogue politique inclusif », promettant s’y engager « personnellement ».  

De son côté, Affi N’Guessan, le leader du Front populaire ivoirien (FPI), avait indiqué sa volonté d’une reprise du dialogue afin d’atteindre un consensus avant la présidentielle de 2025. Dans cet élan, il a eu une rencontre avec le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, au palais présidentiel.  

L’ouverture de la 5e phase du dialogue politique a réuni les principaux partis de l’opposition, le Pdci d’Henri Konan Bédié, le Ppa-ci de Laurent Gbagbo ainsi que le Fpi de Pascal Affi N’Guessan et l’Udpci de Toikeusse Mabri. Plusieurs ministres et des représentants du Rhdp (pouvoir) étaient aussi présents. 

Vingt-et-une formations politiques étaient présentes. M. Patrick Achi, à l’ouverture de la session, a invité les acteurs de la classe politique à transmettre au ministre de l’Intérieur leurs préoccupations qui seront débattus dès le 21 décembre 2021, une démarche acceptée par tous.

Les partis politiques souhaitent des échanges inclusifs et sans tabou. Assurément des sujets comme le découpage électoral ainsi que la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) seront abordés. Les élections locales de 2023 serviront, en ligne de mire, de test de ces résolutions. 

Parallèlement à ce dialogue politique, le gouvernement ivoirien rencontre la société civile. Ce 16 décembre, après la rencontre, dans la matinée avec les groupements et partis politiques, M. Patrick Achi a ouvert aussi le dialogue, dans l’après-midi avec la société civile. 

Cette assise se situe notamment dans la filiation de la politique de réconciliation menée par le président Ouattara. Celui-ci est conscient des tensions politiques et communautaires du pays quand il arrive au pouvoir en 2011. 

Depuis, une large partie de sa politique est irriguée par une volonté d’apaisement. On peut décliner dans plusieurs domaines l’action présidentielle en faveur de la réconciliation et la cohésion sociale: l’amnistie et les rencontres avec les principaux leaders de l’opposition.  

La stabilité politique est ostensiblement un ferment du développement socio-économique. Par exemple en 2011, seuls 40% des citoyens avaient accès à l’électricité, mais aujourd’hui ils sont 95%. L’inclusivité passe d’abord par l’égalité d’accès des populations à ce type de service et de confort.

Politiquement, plusieurs retours d’exils ont été organisés. Comme celui de l’ancien maire du Plateau, Akossi Bendjo, cadre du Pdci. Et bien entendu le retour, cet été, de l’ancien président Laurent Gbagbo, qui a en outre été reçu par M. Ouattara le 27 juillet 2021. 

L’armée aussi a été l’objet de la volonté de concorde du gouvernement. On peut citer dans cette optique le retour de plusieurs cadres supérieurs, anciennement pro-Gbagbo, a des fonctions de commandement.  

D’un point de vue institutionnel, plusieurs indicateurs montrent une bonne santé démocratique : comme la participation en hausse aux législatives de mars 2021, ce qui témoigne de l’émergence progressive d’une notion de destinée nationale commune qui transcende les rivalités communautaires.

Aujourd’hui, M. Patrick Achi continue de mettre en œuvre cette vision politique avec volontarisme. À l’image de ses prédécesseurs, feu Hamed Bakayoko et Amadou Gon Coulibaly afin d’en convaincre l’opposition.

Le Premier ministre ivoirien a bien rappelé « la main tendue » du président et son « cœur ouvert ». Un appel qui semble avoir été entendu par tous les acteurs politiques qui veulent léguer une nation stable, unie et prospère aux futures générations. 


Commentaire

L’Info en continu
  • Benin
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut