International › APA

Côte d’Ivoire : Blé Goudé opposé à la « forme actuelle » de la CEI

Charles Blé Goudé, le président du Cojep, un parti politique de l’opposition ivoirienne, donne sa position et sa vision sur la Commission électorale indépendante (CEI).« La CEI qui est là, c’est un organe de crise » et à deux niveaux, a dit M. Blé Goudé, expliquant que « la CEI dans sa forme actuelle a été conçue à Marcoussis, (en France, à la suite de la crise politico-militaire de 2002) pour contenter les différents acteurs en son temps ».

Ensuite, fera-t-il observer, qu’au sein de la Commission électorale indépendante, organe chargé d’organiser les élections en Côte d’Ivoire, « on a tous ceux qui compétissent », car « chaque parti politique envoie son représentant au sein de la Commission qui est censée les départager ».

Pour lui, « chaque représentant est en mission pour son mandant » à la CEI parce qu’on demande à chaque parti politique qui veut d’ailleurs diriger le pays d’y désigner son représentant. De ce fait, les partis positionnent des partisans « pour les faire gagner et non pour faire gagner la Côte d’Ivoire ».

« Je suis surpris que lorsqu’on tend le micro aux opposants, ils disent moi aussi je veux une place » en vue d’un équilibre de la Commission électorale, s’est insurgé le président du Cojep, estimant qu’il ne s’agit pas de chercher une place, « il faut changer cette CEI ». 

Il a soutenu que s’il n’y a pas de personnes neutres à la CEI, à l’élection présidentielle de 2025, « on aura les mêmes actes » et le « même conflit » lors des précédentes élections, parce que les ambitions des partis politiques seront au centre de ces joutes électorales.

« On peut conquérir le pouvoir autrement, par notre offre politique ; et on peut également le conserver par rapport à ce que nous réalisons » dans l’espace d’un mandat, a-t-il poursuivi, tout en s’interrogeant « pourquoi on ne peut pas tirer les leçons de ce qui nous envoie les crises ? ».

La Commission électorale indépendante est un organe qui engage la vie des Ivoiriens et il faudrait le repenser au mieux « parce qu’en Côte d’Ivoire les élections tuent plus que le coronavirus », a-t-il ironisé, tout en notant que « ce n’est pas la CEI qui donne le pouvoir ». 

« Il faut revoir la CEI pour pouvoir donner aux Ivoiriens leur choix dans les urnes », a insisté M. Charles Blé Goudé pour qui « il faut donner à la Côte d’Ivoire des institutions fortes, mais pas des institutions qui fonctionnent comme une météo selon celui qui est au pouvoir ». 

M. Blé Goudé a martelé que « ce n’est pas une histoire d’être représenté à la CEI (qui importe), les partis politiques peuvent être représentés à la CEI, mais avec une position d’observateurs, seulement pour voir ce qui se passe ». Il milite pour qu’on « confie la Commission électorale à des techniciens qui ne sont d’aucun parti politique ».

« Cette Commission est une Commission qui nous enverra toujours des problèmes. On doit mettre de côté nos ambitions pour mettre en avant les intérêts de la Côte d’Ivoire qui enfin doit gagner pour qu’un jour il y ait un président sortant qui passe la main à un président élu », a-t-il renchéri.

Toutefois, il ne se qualifie pas d’« ivoiro-pessimiste », mais croit dans les chances de la Côte d’Ivoire qui est un pays solide. Pour lui, « la Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’un homme riche pour être dirigée ; elle est déjà riche elle-même, la Côte d’Ivoire a juste besoin de quelqu’un d’honnête, de quelqu’un qui aime ce pays et qui peut répartir ses richesses ».

Il a lancé un appel aux différents leaders politiques afin de « faire en sorte que d’abord en 2023, les élections municipales (et régionales) qui arrivent, la vraie victoire soit zéro mort et zéro blessé ». N’étant pas candidat parce que condamné à 20 ans de prison, il compte donner de la voix pour un scrutin apaisé.

Le président du Cojep a, par ailleurs, dit être « contre les troisièmes mandats » en Afrique, mais quand il en parle, il ne personnalise pas les débats, parce que concédant cela aux pays dont la Constitution le permet. Il a déclaré vouloir un jour « gouverner la Côte d’Ivoire ».


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut