› Santé

Coronavirus : le Bénin enregistre son premier cas

Ce lundi 16 mars 2020, un premier cas de la maladie coronavirus a été détecté et confirmé par les autorités sanitaires. Selon un communiqué du ministère de la santé, il s’agit d’un sujet de nationalité burkinabé, de sexe masculin âgé de 49 ans, qui est rentré sur le territoire béninois le 12 mars 2020.

Suspecté de contamination, l’individu a été mis en isolement sur le site de prise en charge de Cotonou. Les analyses effectuées au Laboratoire de référence des Fièvres Virales Hémorragiques de Cotonou, il est diagnostiqué du COVID-19.

En suivant les traces de cet homme et en recherchant les personnes avec lesquelles il a été en contact, il est apparu que  l’intéressé  a quitté le Burkina Faso le 21 février 2020 et a séjourné durant 11 jours en Belgique. Il est retourné au Burkina Faso le 04 mars et y est resté durant 8 jours jusqu’au 12 mars 2020, date à laquelle il est arrivé sur le territoire béninois par voie aérienne. Il est rentré au Bénin sans suivre les consignes de précautions des autorités béninoises pour prévenir la maladie.

Les dirigeants béninois rassurent tout de même que l’état clinique du patient est stable et rassurant, et il bénéficie d’une prise en charge adaptée sur le site.

Par ailleurs, Les personnes ayant été en contact avec le sujet sont en cours d’identification au Benin comme au Burkina Faso et feront l’objet d’un suivi rigoureux.

Encadré

Les conduites à tenir par rapport au Coronavirus

Pour les sujets qui sont au niveau du Bénin, le premier comportement à adopter est vraiment le lavage des mains. C’est le geste le plus simple et celui qui va nous préserver le plus. Il faut se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon régulièrement à chaque fois qu’on a effectué un contact, il faut le faire. Il ne faut pas hésiter à le démultiplier autant de fois et même à en devenir paranoïaque à la limite. Il faut se laver les mains. La deuxième mesure est qu’il faut éviter de se serrer la main. Il ne faut plus se serrer les mains parce que le contact manuporté peut être source de transmission des germes. Il faut éviter lorsqu’on est malade et qu’on tousse, qu’on est enrhumé qu’on a des maux de gorge et qu’on a une sensation de fièvre après avoir été exposé ; il faudrait qu’on se couvre systématiquement la bouche avant d’éternuer, soit avec un papier mouchoir soit en portant une bavette qui protège aussi bien le nez que la bouche et veiller après à éliminer de façon convenable c’est à dire dans une poubelle ces mouchoirs et bavettes. A défaut de les avoir à portée de main, on peut tousser au creux du coude ce qui permet d’éviter que les mains soient contaminées. En dehors de cela, il y a les aliments. Il faut bien cuir tout ce qui est viande, bien cuire tout ce qui est œuf, éviter de manipuler les animaux sauvages et d’en consommer ces temps-ci. Evidemment et lorsqu’on a été dans une zone à risque et qu’on revient et qu’au cours du voyage on présente des signes, il ne faut pas hésiter. Il faut automatiquement alerter le personnel à bord pour se faire d’abord mettre une bavette et pour se faire prendre en charge. Ces mesures concernent les sujets qui sont chez nous. Mais lorsqu’un sujet voyage et revient dans notre pays, il y a des mesures simples à prendre. Déjà au niveau du contrôle de l’aéroport,  il faut s’auto déclarer. Même si nous avons le manifeste de vol qui nous permet de vérifier la provenance de chacun des voyageurs, il faut également avoir ce réflexe de pouvoir dire oui effectivement j’ai été dans tel ou tel pays.

La deuxième chose lorsqu’on n’est pas passé par l’aéroport et qu’on est passé par une frontière terrestre et qu’on est entré sur le territoire il y a trois numéros qu’on peut appeler. C’est le 95.36.11.07, le 51.02.00.00 et le 51.04.00.00. Lorsqu’on appelle ces numéros, on a toutes les informations sur la conduite à tenir par rapport au fait qu’on ait pu avoir été exposé en allant dans un pays à risque. Et lorsqu’on quitte les points frontaliers et qu’on va chez soi, qu’on se mette en auto-isolement parce que l’auto-isolement est fondamental. Il consiste qui simplement à définir un plan pour ne pas aller en contact des autres.

La dernière fois nous avons reçu quelqu’un qui est venu de Milan. A la maison ils ont deux étages. Il s’est réservé le premier étage et les enfants sont en bas. Chacun définit son plan d’auto-isolement de manière individuelle. Et on les accompagne en cela. Les agents de santé vont pour vérifier comment cela se passe pendant les 14 jours. Lorsque la fièvre vient au cours de cet auto-isolement et qu’on commence par tousser, là alors il faut systématiquement appeler le SAMU au 95.36.11.02, au 95.36.11.04.

Ne pas se rendre surtout dans un centre de santé ni dans une pharmacie ni chez un guérisseur. On appelle, on s’isole et le SAMU vient vous chercher pour vous emmener au site d’isolement.



Commentaire

À LA UNE
Polls

How Is My Site?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut