International › APA

Biodiversité : 68% des animaux vertébrés ont disparu en moins de 50 ans (rapport)

Entre 1970 et 2016, soit moins d’un demi-siècle, la population mondiale de vertébrés – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles – a chuté de 68% à cause principalement de l’activité humaine, alerte le 13ème rapport « Planète vivante » du World Wildlife Fund (WWF) rendu public ce jeudi.Les activités humaines dont le changement d’utilisation des terres pour l’agriculture industrielle constituent les principales causes de cette destruction de la biodiversité. En effet, soulignent les experts du WWF, la production agricole représente, aujourd’hui, 80% de la déforestation mondiale, 70% de l’utilisation d’eau douce et 70% de la perte de biodiversité terrestre.

Le dérèglement climatique, une des cinq menaces majeures qui met en danger l’avenir de la planète, pourrait devenir, dans les années à venir, la première cause de disparition des espèces, entraînant l’extinction d’au moins 20% des espèces terrestres à horizon 2100, constate le rapport, notant que les océans ne sont épargnés par cette dégradation de la biodiversité.

Par ailleurs, signale le document, les pressions que l’homme exerce sur la nature à travers ses modes de consommation et de production sont des menaces directes pour sa santé. « Elles sont en grande partie à l’origine de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 ». 

De même, la destruction des écosystèmes et la perte de biodiversité font aussi porter un risque considérable sur la sécurité alimentaire mondiale qui repose sur un grand nombre d’espèces sauvages « de plus en plus surexploitées » et cultivées « de moins en moins diversifiées », fait remarquer le WWF.

Ce dernier estime en outre que les impacts économiques du déclin de la biodiversité pourraient s’élever à plus de 479 milliards de dollars par an, soit environ 10 000 milliards de dollars d’ici 2050.

« Il est urgent et impératif de se mobiliser pour préserver et restaurer les écosystèmes et pour garantir un avenir soutenable pour toutes et tous. Un seul mot d’ordre : agir maintenant et à la hauteur des enjeux ! », a ainsi déclaré Véronique Andrieux, Directrice générale du WWF France, cité par le document. 

Ainsi, pour stabiliser puis inverser le déclin de la biodiversité d’ici 2050, le WWF appelle les décideurs, les entreprises, les collectivités et les citoyens à un sursaut collectif pour la biodiversité.

Ce sursaut devrait se concrétiser à travers un renforcement des efforts de conservation ; la transformation de notre modèle agricole vers une production alimentaire plus durable et la lutte contre le gaspillage alimentaire et la réduction de 50% de la consommation de protéines animales. 

Au niveau international, le WWF plaide pour « un véritable New Deal pour l’Homme et la Nature » à la prochaine conférence des parties de la Convention pour la Diversité Biologique (CDB) des Nations Unies avec pour objectifs à l’horizon 2030.

Celui-ci devrait s’articuler autour d’un renforcement et l’extension du réseau mondial d’aires protégées en mettant les communautés locales au cœur de la protection de la biodiversité et des écosystèmes ; un engagement sur l’arrêt des extinctions d’espèces du fait de l’Homme et la réduction de moitié de l’empreinte écologique de l’humanité. 

Enfin, le WWF suggère aussi de réorienter massivement l’aide au développement vers des projets bénéfiques pour la biodiversité et la lutte contre le dérèglement climatique et encadrer les acteurs de la finance privée pour supprimer les investissements néfastes.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut