International › APA

Abidjan désignée « championne des frontières »

Pas d'image

La capitale économique ivoirienne devient le centre de décisions sur les questions liées aux frontières en Afrique et abritera tous les deux ans « Abidjan Border Forum ».Elle a été désignée « championne des frontières » lors de la première édition de « Abidjan Border Forum (ABF) », qui a refermé ses portes ce jeudi 20 octobre en présence du ministre de la Communication et de l’économie numérique, Amadou Coulibaly, représentant le Premier ministre Patrick Achi.  

Ces assises qui ont duré trois jours, ont permis de formuler des recommandations à l’endroit de toutes les parties prenantes. Au nombre de celles-ci, il ressort que les pays africains ont le devoir de s’approprier totalement le programme des frontières initié par l’Union africaine (UA).

Le Programme des frontières initié par l’Union africaine (UA) s’inscrit dans la perspective d’une meilleure gestion des espaces frontaliers et des difficultés inhérentes à ces zones, à travers le continent africain.  

Le point focal de l’UA, Fréderic Gateretse a lancé l’appel en direction des gouvernants du continent. « Nous devons aller plus vite dans la démarcation et dans la délimitation des frontières, en vue de prévenir les conflits dans le futur ».

Il s’est félicité par ailleurs de la signature par la Côte d’Ivoire de la Convention de Niamey, et a appelé à sa ratification par l’ensemble des gouvernants. Selon lui, l’objectif de la délimitation et de la démarcation des frontières africaines doit se faire d’ici à l’an 2027.

M. Fréderic Gateretse a souligné que 35% des frontières sont délimitées à ce jour. Pour sa part, le ministre ivoirien de la Communication et de l’économie numérique s’est réjoui de ce qu’Abidjan ait été désignée « championne des frontières » dans le cadre de ce forum.

Abidjan accueillera tous les deux ans cet événement. Quant aux recommandations prises lors de cette première édition de l’Abf, il a promis les restituer au Premier ministre, puis a salué la prise en compte des espaces virtuels dans la gestion des frontières.

« Ce que je retiens de ce forum c’est l’engagement de tous les participants à accompagner la politique de gestion des frontières. (…) Je voudrais vous assurer du soutien du gouvernement ivoirien à faire d’Abidjan à travers ce forum la capitale des frontières en Afrique, a-t-il ajouté.  

Pour ce faire « nous travaillerons à offrir les appuis et moyens nécessaires pour relever les défis importants pour le continent », a affirmé Amadou Coulibaly. Le représentant du ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Jean Gbato a dit prendre acte des recommandations et mettre tout en œuvre pour leur application.

« En ce qui concerne notre département, ces résultats que nous venons d’entendre viendront sans aucun doute alimenter les réflexions et mieux orienter en collaboration avec le secrétariat exécutif de la commission nationale des frontières de Côte d’ivoire nos actions de coopération transfrontalière avec les pays africains », a indiqué M. Gbato.

Pour lui, il devient plus qu’évident que la gouvernance des frontières est un levier essentiel pour la sécurité, la paix et le développement des différents Etats. Il a assuré que son département ministériel favorisera la gestion coopérative aux frontières en appuyant le secrétariat exécutif de la Commission nationale des frontières de Côte d’Ivoire

Le directeur de cabinet du ministère de l’intérieur a conseillé que les actions soient faites en synergie avec les acteurs étatiques et non étatiques pour mieux renforcer la coopération transfrontalière et le développement des espaces frontaliers.   

Les recommandations adressées à l’endroit des Etats portent, entre autres, sur la sensibilisation des pays membres de l’Union africaine pour une ratification rapide de la convention de l’organisation sur la coopération transfrontalière en vue d’initier la diplomatie et la réconciliation dans le règlement des différends transfrontaliers.

Les participations ont soutenu, en outre, le renforcement de la participation des femmes et des jeunes dans les mécanismes de mise en œuvre d’un climat de paix dans les zones frontalières ; et un investissement massif dans les espaces frontaliers en vue d’y combler les déficits infrastructurels et renforcer la présence de l’Etat et le lien d’appartenance des populations qui y vivent.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 10.04.2019

Lac Ahémé

Bernard Capo-Chichi nous emmène aujourd’hui sur les bords d’un lac situé au sud-ouest du Bénin, entre l’Océan atlantique et le fleuve Couffo dont il tire…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut